mes-balades

mes-balades

VOYAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACHETER LE LIVRE VERSION PAPIER


27/12/2023
0 Poster un commentaire

... ET LA TERRE BRÛLERA

 

155.6 COUVERTURE RECTO.jpeg

 



Dans son roman, Jean-Claude Grivel décrit le choix crucial qui s'offre à nous : ou l'homme respecte la nature, ou il assistera à sa destruction à plus ou moins long terme sans aucune possibilité de stopper le processus.
Les arguments percutants de l'auteur démontrent que la course aux profits et la pollution galopante ont déjà largement entamé notre avenir et celui de nos enfants.
C'est un véritable livre de réflexion pour tous, sans limite d'âge.
Claude Jégo
Webmasterin, www.bopy.net

Afin, qu'encore,
Frémisse le coquelicot
Et chante le rossignol

 

EXTRAIT

Le dieu de la Terre, vêtu d’une tunique pourpre, monte des coursiers nerveux qui l’emmènent dans des chevauchées impétueuses. Il commande au feu, aux animaux, du tigre royal au chacal du désert. Sa main jette la graine dans le sillon, son souffle mûrit fruits, légumes et céréales. Il vide, sur les campagnes, sa corne afin que les récoltes soient abondantes. Des couleurs de sa palette, il colore les fleurs, l'herbe des prairies, la passion de l'été, les feuilles de l'automne, les bougies de Noël, le scintillement de la neige. L'écho sylvestre renvoie ses chants. Sa garde personnelle est formée par une troupe de chiens et de loups emmenés par Isengrin, un loup géant.

 

 

 

Le dieu des Airs est drapé d’azur. Il allume la lune qui cligne de l'œil à l'enfant, l'étoile qui guide le pèlerin, le soleil qui terrasse les ténèbres et dissipe les angoisses, la voie lactée, les arc-en-ciel. Il souffle de douces brises afin de cautériser la plaie des cœurs saignants, des vents brûlants pour enflammer les corps ou, dans son courroux, crache des cyclones dévastateurs. Il lance des traînées de chance, des volutes d'espoir, des poignées de bonheur ; il inspire le poète. Responsable du sablier de la vie, il est maître de la lumière qui apporte l’espoir dans les plis des aubes naissantes. Il décide des chutes de pluie, de la foudre, du tonnerre. Il parcourt l’immensité des cieux s’étendant à l’infini en se laissant porter par les alizés. Il est défendu par des aigles royaux commandés par Serre-d’Airain.

 

....

Il y a également Mars, un loup sauvage, arraché in extremis d'un de ces odieux pièges à mâchoires qui déchirent les pattes. 

Cette troupe, silencieuse et rapide, dévale les flancs de la montagne, surgit de la forêt ; arrivant dans la plaine, elle suit l’ourlet du lac en direction de l’orient. 

De temps en temps, un hurlement sort d’une gorge de chien ou de loup. Un sanglot de plusieurs poitrines lui répond. 

Des messagers arrivent à la troupe ou la quittent. Des éclaireurs partent, des sentinelles signalent leur position. 

Pendant cette course hargneuse, la bise hurlante déferle de son antre invisible. 

Les humains, dans leurs chaumières écrasées par les ténèbres de l’angoisse, ont peur. 

Les animaux des fermes, nerveux, ressentent une résurgence de leur instinct les poussant à rejoindre cette horde. Mais les hurlements sporadiques d’Isengrin les en dissuadent : ce n’est pas encore le moment. 

Sitôt la troupe arrivée à une petite chapelle s’adossant à un bois, Isengrin poste des sentinelles. 

La bise hoquète ses sanglots. 

– C’est la nuit du diable, craignent les gens. 

Dans leurs maisons, ils se pressent autour de la lampe. 

Les flots démontés du lac tout proche s’écrasent contre les roches de la berge. 

 

 

COMMANDER LE LIVRE Éditions POÉSIE.IO

 

 


24/10/2023
0 Poster un commentaire

LES SUPERPRÉDATEURS

Les superprédateurs recto 1.jpeg

 

 

APPROCHE DU SCÉNARIO ET DE SON DÉCOUPAGE

 

L'homme pille les ressources naturelles sans égard à ses descendants, bétonne les terres maltraite les animaux, empoisonne la chaîne alimentaire.

Mais il oublie une chose : il n'est pas le seul sur cette terre.

Et les animaux vont se révolter.

Et la nature va vivre sans ses super-prédateurs.

LE TEMPS PRESSE.

 

Editions poésie.io

 

ACHETER LE LIVRE


13/09/2023
0 Poster un commentaire

Julie

IMG_9909.jpeg

 

Julie, grillonne violoniste, parle de son enfance, de sa jeunesse, de sa rencontre avec un compositeur célèbre, ainsi que de ses aventures avec le Cirque Mozart. Elle rend hommage à Vif-Archet, un ancêtre virtuose du violon et inventeur.

Les 32 illustrations de Valérie Dardenne immortalisent quelques séquences de la vie de Julie.
Artiste tombée dans le dessin à l'âge de 4ans et qui n'en est jamais revenue pour son plus grand plaisir.
" Pour le plaisir de faire plaisir "

 

Quelques extraits:

Un jour que le soleil inonde de chaleur et de lumière la campagne fleurie, Julie décide de s'y rendre seule afin de l'explorer.

Guidée par une mélodie, elle observe un couple qui pique-nique. Une radio portative, un rien trop bruyante, dévide de la musique.

 

03 20170410_Scène Pic nic flore Kopie.jpg

 

Un vent d’automne se met à souffler sur la région ; les feuilles dorées des arbres commencent de tomber lentement. 

Le soleil se montre encore, mais moins longtemps. Le matin, la rosée est plus forte.

Dans la forêt, les feuilles mortes forment un tapis moelleux craquant sous les pas des marcheurs. Des glands et des châtaignes tombent. 

Les écureuils complètent leur réserve de noix. 

 

18 ecureil Kopie.jpg

 

 

Les hirondelles sont déjà parties vers des régions plus chaudes. Le jour d’avant, des canards, des colverts venant du nord, ont traversé la région en direction du sud. 

 

19 voile canard Kopie.jpg

 

Acheter le livre.  Editions Poésie.io 

 


08/09/2023
0 Poster un commentaire

Parcours

 

 

  PARCOURS

Parcours recto.jpeg

 

PRéSENTATION

 

Dans son recueil Parcours, Jean-Claude Grivel raconte les gens d'ici ou d'ailleurs à travers des tranches de vie. Il aborde ainsi l'enfance exploitée, les choix qui déterminent l'avenir ou les sentiments humains les plus forts comme l'amour, la vengeance ou la haine. Parmi ses douze titres se distinguent Crépuscule, une merveille d'écriture, Hassan qui décrit un monde cruel dans lequel les enfants tentent de survivre et le facteur qui illustre le rôle crucial qu'une personne peut jouer au sein d'une communauté.
Claude Jego Webmasterin www.bopy.net
Trois nouvelles reçurent un prix, deux un diplôme et trois furent mises en ondes par la Radio suisse romande.

 

EXTRAITS

 

CRÉPUSCULE

Premier Prix du Prix du libraire (Nouvelle) de l'Association Regards, Francheville, France.
2. Prix de la radio d'Allemagne du Sud et de la ville de St-Louis (concours histoires courtes Patache).
Mention Concours Scribe d'Or du Petit Broyard.

 

 

...

Ce jour-là, le Vieux se revit dans les forêts, avec d’autres bûcherons, faire un grand feu et, ses compagnons et lui, tendre leurs mains avides de chaleur aux flammes claires avivées par une brassée de brindilles et de branches sèches lancées sur le foyer délimité par un cercle de pierres jaunes du Jura. Ils avaient placé leurs gamelles en fer blanc sur la braise rougeoyante ou sur la roche chaude ; en attendant que le repas fût prêt, ils buvaient quelques gorgées de thé relevé d’eau-de-vie. Cette journée précédait Noël et les ouvriers forestiers s’étaient permis une cadence de travail plus lente, car la magie de la Nativité avait déjà atteint les franges de cette forêt profonde surplombée par des monts rocheux dans lesquels devaient nicher des démons ressuscitant avec l’obscurité ; ils s’en étaient retournés au village alors que le soir, cheminant silencieusement et recouvrant les lieux de son manteau aux pans d’ombre, les talonnait. Le lendemain matin le Vieux huma, de l’air encore obscur, une odeur de froid sec : cette gueuse de bise noire courait à nouveau la campagne. La bise noire, lui avait expliqué son grand-père des décennies auparavant, est enfantée dans une caverne sise à l’extrême Nord d’où chaque direction ne peut que conduire vers le Sud, vers des contrées plus clémentes, plus ensoleillées. Cette bise noire est, certes, un ennemi redoutable et capricieux, avec son implacable violence issue du septentrion lointain baignant dans des bribes de légendes et drapé d’attraits mystiques. Mais c’est un ennemi loyal et franc qui ne se masque ni de brouillard, ni de nuages complices ; au contraire : il rend le ciel clair et la terre sèche.

Et le règne de la bise noire avait commencé alors que les jours avaient cessé de décroître.

Après son frugal repas matinal, le Vieux ferma les yeux et se remémora, en gestes et en odeurs, les boucheries d’antan : le poivre des cornets pointus en papier rose, les cris du cochon au groin rouge, le repas qui suivait.

 

LE FACTEUR 

Mise en ondes par la Radio suisse romande Espace 2 (la deuxième chaîne), dans l’émission « Méridienne ».

 

 

...

Simon fut convoqué à la direction. Après avoir traversé des couloirs interminables et s’être assuré qu’il était au bon numéro, il pressa sur un bouton. L’écran indiquant occupé, Simon macéra de longues minutes avant que l’installation ne clignotât, en vert, l’ordre : entrez. Un homme, assis derrière son bureau, l’interrogea du regard.

– Simon Durand, s’annonça le facteur.

– Ah, cher Monsieur Durand, dit l’homme en se levant et en lui tendant la main comme à une excellente connaissance, asseyez-vous donc !

Après les banalités servant d’introduction, le préposé aux licenciements se saisit d’un dossier.

– Je suis obligé… Il faut me comprendre… La Poste compte sur vous ; malheureusement, nous devons… Mais, soyez fier de votre carrière… Vous pourrez la continuer en ville ou, mieux, prendre une retraite pleine d’aspects positifs…

– Je suis trop vieux pour aller en ville et trop jeune pour partir…

– Choisissez, mon Cher, choisissez. Dans tous les cas, notre parfaite considération vous est acquise.

En quittant le bureau directorial, Simon avait un goût d’encre à timbrer dans la bouche. Rentré à sa poste, il expliqua à Angèle :

– Ils ferment… Ils sont obligés, sinon on ne serait plus concurrentiel… Ils perdraient tout…

Son épouse ne comprit pas très bien pourquoi, afin de rester dans la course, il fallait scier la branche sur laquelle on avait fait son nid.

....

La dernière tournée eut la tristesse d’un enterrement.

La vie du village changea.

 

Encore maintenant, Berthe, la doyenne du village, tire machinalement un coin du rideau de sa cuisine. 

En vain.

 

 

LES TROIS MOUSQUETAIRES

...

On tambourine sur le toit de l’auto accidentée.

Barroux hurle, puis se reprend.

La portière est ouverte. Un géant, vêtu d’une pelisse, la barbe pleine de glaçons, le fixe.

– Je viens d’avoir un accident et ma voiture est totalement bloquée. Aidez-moi, commence Barroux. Je veux retourner chez moi ! Vous n’auriez pas un téléphone pour appeler une dépanneuse ou un taxi ?

– Non, je n’ai qu’un mulet, commente ironiquement le colosse. En plus, ici, impossible de téléphoner avec Swisscom.

– Je suis totalement frigorifié, geint Barroux.

Il s’était vêtu avec l’insouciance du citadin dont la cravate en soie grège ne remplace pas une bonne écharpe en laine.

– Cent mille francs pour une peau de mouton, commence l’inconnu.

– Quoi ? Mais vous êtes fou !

– Alors, restez là ; c’est vrai que vous aurez moins froid, quand vos membres vont s’engourdir.

Il s’en va, laissant Barroux abasourdi. Le franc-lancier ne sent plus ses doigts. Il fait quelques pas, souffle dans ses mains, glisse, s’étale de tout son long. Son costard de ville est humide, ses souliers laqués prennent l’eau. Le soir, à l’haleine glacée, dévale les crêtes environnantes. Barroux entend un aboiement ; son cœur manque s’arrêter : il y a certainement des loups, ceux qui, venus du Trentin voisin, visitent sporadiquement cette haute vallée des Grisons, ou bien un ours ; au mieux, un lynx.

Barroux rattrape l’homme avec peine ; il promet :

– Je paierai, mais aidez-moi, je vous en supplie.

Il reçoit une peau du montagnard, qui le hisse sur le mulet. Ils partent parmi les sanglots rageurs de la bise, arrivent à un petit chalet. Plus mort que vif, Barroux veut se glisser dans la pièce dont la fenêtre brille d’une lumière promettant chaleur et convivialité.

– Non ! le mulet d’abord ! commande le colosse.

 

Éditeur : Poésie.io 

 

 

POUR COMMANDER


08/09/2023
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser